Cash Investigation – Plastique, la grande intox

Cash Investigation – Plastique, la grande intox

Si comme moi vous suivez régulièrement Cash Investigation vous savez qu’on y apprend beaucoup de choses sur les rouages du monde qui nous entoure et principalement les différents lobbys qui influencent nos hommes politiques.

Les intérêts des grandes marques et sociétés passent souvent avant ceux des consommateurs, de la population et de l’environnement.

L’émission du 11.09.2018 intitulé « Plastique, la grande intox » ne fait pas exception et nous permet d’en apprendre plus sur le double jeu joué par certaines marques pour se dédouaner de la pollution générée par les bouteilles en plastique.

Pourquoi porter le chapeau quand on peut reporter la faute sur le consommateur ?

La pollution du plastique dans les océans

poubelle_plage_bouteille

On ouvre cette émission en présentant les dégâts fait par le plastique dans les océans, une plage du Québec se trouve polluée par de nombreux déchets dérivant jusque là.

Si rien n’est fait, on estime qu’en 2050 il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans…

On trouve même des morceaux de plastique dans des poissons vivant à 1400m de profondeur, cette zone pourtant très profonde n’est malheureusement pas épargnée.

La stratégie des marques pour reporter la faute sur le consommateurs

La suite du reportage nous emmène sur une plage de Marseille où l’on voit un groupe de volontaire ramasser les déchets sur la plage.

Une bonne chose dans l’idée, sauf qu’en y regardant de plus près l’organisation « Vacances propres » qui s’occupe de la collecte est financée par les industriels tel que Coca-Cola, Danone ou encore Nestlé.
Ce qui semble logique vu que c’est eux qui produisent tout ces déchets.

Mais la logique ne serait-elle pas plutôt de réduire le nombre de déchets produits plutôt que d’aider à les ramasser sur la plage ? Logique oui, économique non !

On rencontre donc l’auteur du livre « Citizen Coke » qui explique que depuis les année 60 Coca-Cola fait en sorte de responsabiliser les consommateurs pour la pollution générée par ces bouteilles en plastiques (Coca possédant aussi d’autres marques d’eau et boisson en bouteille).

Les lobbys

Plus proche de chez nous, on en apprend d’avantage sur l’organisation « Clean Europe Network » qui lutte contre les dépôts de déchets sauvages.

Malheureusement, on nous apprend vite que le secrétaire générale est en fait lobbyiste en Europe pour les fabricants d’emballage (Pack2Go)et que c’est en fait eux qui ont créé cette organisation. Cela ressemble à un conflit d’intérêt.

On apprend même que cette société est contre la décision de la France de bannir l’utilisation des plastiques jetable d’ici 2020 car selon eux, cela fera plus de déchets biodégradable dans la nature. Je ne suis pas sûr de la logique de leur idée mais il faut bien trouver quelque chose j’image.

Pour eux les industriels n’y sont pour rien dans la pollution de la nature, seuls les consommateurs sont responsables et c’est ce que ce genre de lobby essaye de faire penser à un maximum de décideurs.

Les solutions selon les marques

bouteille_coca_cola_plage

Selon les industriels, le recyclage est la solution contre ces problèmes de pollution.

Danone s’engage sur 100% de bouteilles recyclés d’ici 2025.

Les flacons gris Head&Shoulder sont fabriqués à partir de plastique ramassé sur la plage.

Adidas ou encore ikea proposent des solutions similaires.

Chaque année Coca-Cola et ses dizaines de marques (Sprite, MinuteMaid, Fanta, etc) produisent plus de 120 Milliards de bouteilles.

En Janvier 2018, le groupe à annoncé une nouvelle stratégie pour un monde sans déchets d’ici 2030.

Pour faire cela, l’usine Infineo en Bourgogne recycle les bouteilles en plastique. Un tiers des bouteilles triés finissent ici.

En principe, elles sont transformées en granule de plastique qui seront eux utilisés pour faire de nouvelles bouteilles.

Au niveau mondial les bouteilles ne contiennent que 7% de plastique recyclé et le reste de plastique neuf.

Coca souhaite que d’ici 2030 50% des bouteilles soient faite de plastique recyclé, c’est une promesse faite depuis de nombreuses années mais qui est loin d’être respecté pour le moment.
D’autant plus qu’il faudrait énormément de matière recyclé pour faire cela.

Grâce à un document confidentiel du lobby représentant coca-cola à Bruxelles on apprend plusieurs contradictoires avec ce position écologique et renouvelable.

En 2016, parmi les points devant être contre-attaqué figurait :

Augmentation du taux de recyclage au niveau européen ainsi que les systèmes de consignes des bouteilles en verre.

Auparavant le Coca-cola n’était disponible qu’en bouteille en verre, un système de consigne est bien moins polluant car les bouteilles en verres sont réutilisés pratiquement indéfiniment. Il suffit de les laver après retour et elles peuvent être réutilisés telles quelles.

Tanzanie

bouteille_plastiques

En Tanzanie le système de consigne était encore en place jusqu’à peu, Coca passe dorénavant vers le tout plastique là bas aussi. Ce qui est contradictoire encore une fois avec son objectif de limiter la pollution…

On voit d’ailleurs que la population locale ramasse d’énorme quantité de bouteille en plastique sur les plages pour essayer de survivre en les revendant à des recycleurs. Le problème étant que cela ne rapporte pratiquement rien car il y a tellement de plastique que les prix baissent.

Auparavant ces montagnes de bouteilles partaient vers la Chine pour être recyclées mais le pays à décidé d’arrêter d’être la poubelle du monde et refuse maintenant ces déchets. On ne sait pas où iront toutes ces bouteilles…

 

Partie 2 : Contamination du plastique

La deuxième partie de l’émission concerne la présence de plastique dangereux dans des objets qui devraient en être dépourvu.

Certains plastiques contiennent un retardateur de flamme en cas d’incendie tel que les fer à repasser, les équipements électronique mais malheureusement le trie n’est pas parfait et on retrouve des traces dans certains jouets.

L’article étant déjà assez long je vous laisse regarder la suite de cette émission, elle est disponible sur le site FranceTV Replay

Cash Investigation – Plastique, la grande intox
5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.